education-bienveillante-positive

Pourquoi la parentalité positive m’a gonflée

L’article de la semaine dernière a un peu fait exploser mon petit blog. J’ai d’habitude quelques 200 irréductibles lecteurs. « Le jour où la parentalité positive m’a gonflée » a été lu plus de 450 000 fois à ce jour. J’ai reçu des messages, des commentaires par centaine. Je les ai tous lu mais cela a été difficile d’y répondre individuellement. Je vais donc essayer de refaire un petit point sur ce sujet qui semble passionner les foules !

1.

D’abord merci Merci MERCI pour tous vos messages, tous vos partages. Vous m’avez ému, fait rire et pleurer, fait pleurer de rire, réfléchir aussi. On dit qu’on a les lecteurs qu’on mérite et je ne pensais pas mériter autant. Bordel à cul vous êtes au top (oui parce que vous êtes aussi très vulgaire et j’adore ça).

2.

Ce n’est que le blog d’une petite maman qui écrit sur son iPhone le soir.  Je ne dicte aucun mode d’éducation, aucune solution. Je ne prône rien. Je ne vends rien. J’écris ce que je ressens,  mon avis, mes doutes, mes galères. C’est un blog personnel. Je n’ai jamais écrit que la parentalité positive c’était caca boudin. Que tout était à jeter. Je n’ai jamais prôné l’éducation violente (oui oui on m’a écrit ça…peut-être une lectrice qui n’a pas pété de paillettes depuis longtemps… allez savoir). J’ai parlé surtout de nuance. Je ne critique pas ce mode d’éducation mais davantage la manière dont on nous le vend à outrance actuellement. On ne peut pas ouvrir un magazine, une page internet, un minitel sans se prendre une petite leçon de parentalité positive dans le dentier. Beaucoup, avec bienveillance justement, m’avez indiqué dans les commentaires quelques ouvrages ou sites web que j’apprécierai de lire et de consulter. Je pioche moi-même dans cette boîte à outils qu’est l’éducation dites positive (mais y-a-t-il une éducation négative… pas vraiment) puisque comme je l’écris dans l’article, c’est finalement beaucoup de bon sens. Mais il n’y a pas que ça non plus. Et si on n’utilise pas que ça, nous ne sommes pas des cacas boudins pour autant. Ce que je n’aime pas, c’est le dictat que certains (trop nombreux à mon goût) en font. Je suis persuadée qu’il y a de bons formateurs, de bons livres mais nous sommes sans cesse culpabilisés (enfin JE me sens sans cesse culpabilisée) par des articles ou des vidéos (souvent sur les réseaux sociaux d’ailleurs) peut-être mal faits, peut-être non représentatifs de ce qui se fait de bien dans le monde de l’éducation bienveillante.

3.

Si l’article a fait tant réagir c’est que mon sentiment de culpabilité par rapport à certaines vidéos, articles ou pubs est partagé par beaucoup. C’est un constat à prendre en compte. Par les uns pour que l’on arrête de culpabiliser, par les autres pour adapter peut-être leur discours. Le web est culpabilisant et clivant. Pas de place pour la nuance. Énormément de blogs, comptes instagram ne laissent place à aucune nuance. Et je ne parle pas que de parentalité positive. Il faudrait être vegan à 100%, faire du fitness matin, midi, soir sous la douche et sur le chiotte, ne prendre que 3 kg pendant sa grossesse, allaiter jusqu’au 38 ans de l’enfant et manger des avocats sur une bouée flamant rose. Bref… pas de nuance. Que du caca boudin. Mais le web, ce n’est pas la vraie vie. C’est juste ce que je voulais dire.

4.

Beaucoup se sont excusés de se plaindre alors qu’il ou elle n’avait qu’UN enfant. Je rassure tout le monde : je pétais déjà un câble quand je n’avais « que » mon garçon. Le nombre ne justifie pas la difficulté. Un  blond mal luné peut être pire que deux rousses levées du bon pied, croyez en mon expérience.

5.

Certains m’ont demandé de prendre position par rapport aux commentaires écrits à la suite de l’article. Je ne suis personne pour le faire. Il est évident que j’aspire à élever mes enfants dans la zen attitude et le pet de licorne mais je ne peux juger personne. Je ne connais pas les gens qui écrivent sur mon blog (tout comme vous ne me connaissez pas). Je ne connais ni leur histoire, ni leurs casseroles, ni leur capacité à ironiser (oui parce que des fois on fait de l’humour aussi, il ne faut pas tout prendre au pied de lettre non plus. Par exemple, je ne sais pas si au fond j’aime tellement le pet de licorne. C’était une blague le pet de licorne). Vous avez échangé sur mon blog et je trouve ça positif. Chacun avec son avis, chacun avec son histoire, ses aspirations et ses nuances. C’est un peu comme si vous demandiez à un patron de bar PMU de se positionner par rapport à Jean-Michel au comptoir qui gueule « Ho chiotte l’OM »…  Je ne connais pas Jean-Michel et je n’aime pas le foot.

6.

Quelques uns m’ont demandé pourquoi j’avais fait des enfants si c’était pour me plaindre …. alors… heuu… comment expliquer… prenons un exemple ! Quand Mike Horn revient de sa balade de santé autour du cercle polaire et se plaint d’avoir perdu 4 doigts au détour d’un igloo, on ne lui dit pas « hoooo ta gueule Mike ! Tu nous gonfles avec ta parka et tes moufles ! T’avais qu’à pas y aller! » Sans doute vous répondra-t-il que le sacrifice de ses 4 doigts vallait bien la beauté de l’aventure 😉

7.

Merci aux papas nombreux qui nous ont fait part de leur expérience. Ça fait plaisir de les voir réagir et s’impliquer, d’être visible aussi normalement que ça devrait l’être. PapaFakir se sentira moins seul au prochain pétage de plomb…. enfin… s’il n’est pas de garde quoi…

8.

Merci aux mamies qui m’ont fait mourir de rire à se foutre de nous (avec bienveillance les gars !!! Posez vos fourches). Visiblement on va en chier encore pendant 40 ans. Mais les petits enfants c’est cool ! C’est déjà ça !

parentalite-positive-bienveillanceUne éducation aux petits oignons

 

En somme l’article prônait la nuance, le respect et la fatigue aussi… Le raz le bol du parfait digital, de la culpabilisation chronique  et numérique des gens (quoi ?!!! T’es pas zéro déchet ?!).

Je tends personnellement (et ce n’est que mon avis, mes choix à moi, juste à moi rien qu’à moi) à plus de zen chez moi, à un peu moins de viande, un peu plus de sport, un peu moins de sucre, un peu plus de mojito, et surtout surtout qu’on me laisse pété des paillettes avec bien bienveillance, sans jugement mais avec beaucoup beaucoup de partage et ça, mes chers lecteurs, vous savez parfaitement le faire.

On continue de partager ?

À la semaine prochaine bande de yogis !

Shivamama

Enregistrer

Enregistrer

50 Commentaires

  • Olympe 14 août 2017 at 9 h 47 min

    Le point 6 m’a beaucoup fait rire , excellente réponse !
    Merci

    Répondre
  • Céline 14 août 2017 at 9 h 54 min

    Je me permets de t’écrire pour soutenir tes articles, je trouve ta façon d’aborder les sujets très sympathique, avec cette pointe d’humour subtile que j’apprécie beaucoup…
    Malheureusement il y aura toujours des personnes pour critiquer et mal interprèter tes articles. C’est le risque.
    En tous cas, cela me plaît de te lire, et même si je n’ai pas d’enfant ( j’ai trois nièces dont je m’occupe beaucoup) je comprends et compatie
    Bises à toute ta petite troupe

    Répondre
  • Céline 14 août 2017 at 10 h 59 min

    Le premier problème avec « l’éducation bienveillante » c’est justement son appellation! Comme si les parents qui n’appliquaient pas ces principes étaient malveillants! Déjà ça c’est culpabilisant! Ça me fait bien plaisir de lire que tu penses la même chose. Et oui, soyons honnête, parfois avoir des enfants c’est difficile et on se plaint. Il n’empêche qu’on les aime! Celles qui te reprochent de te plaindre et écrivent que dans ce cas il ne fallait pas faire d’enfant ne se plaignent-elles jamais? Ne râlent-elles pas de temps en temps après leur conjoint? leurs collègues? Mais dans ce cas qu’elles divorcent et démissionnent! Bien sûr qu’on a le droit de râler après nos enfants et même parfois penser que la vie était plus simple avant eux (j’ai dit simple pas meilleure!). Et bien ça fait du bien et après on est au top avec eux! Allez bises je vais boire un mojito sur ma bouée flamand rose

    Répondre
    • Kry 18 septembre 2017 at 22 h 10 min

      On parle de parentalité « positive » parce qu’elle valorise et encourage les aspects positifs des « bétises ». Ca ne veut pas dire que les parents qui ne l’appliquent pas pratiquent une parentalité négative 😉 Je comprends malgrés tout qu’on puisse l’interpréter ainsi mais vraiment ce n’est pas le cas. Cela dit, je suis aussi d’accord : ces sites, articles, afficionados de bienveillance manquent souvent de… bienveillance 😉

      Répondre
  • Julie 14 août 2017 at 11 h 00 min

    Bravo pour cette jolie réponse. J’adore votre façon d’écrire. Pleine d’auto-dérision, de second degré et d’honnêteté. Je suis bien contente de vous avoir découverte!

    Répondre
  • Commarmond 14 août 2017 at 11 h 21 min

    Bonjour et merci pour votre article. J’ai justement fait votre « connaissance » grâce à votre article 1 sur la parentalité positive qui m’a beaucoup fait rire, et comme beaucoup j’avais l’impression que vous aviez noté tout ce que je pouvais penser, avec en plus, quelques gros mots qui me sont chers, « bordel à cul ». Je me suis sentie devenir votre copine ! Merci, cela fait beaucoup de bien de vous lire, que c’est bon toute cette auto dérision. Avec hâte de vous lire encore, je VOUS souhaite de continuer de péter des paillettes .

    Répondre
  • Izy 14 août 2017 at 11 h 30 min

    Bonjour ShivaMama, j’apprécie tes articles (je me permets le « tu » mais remettez-moi à ma place si celui-ci ne vous semble pas approprié chère madame ) et j’aime terriblement ton humour, ta spontanéité… que tu as bien raison d’assumer car pour ma part, tu es une bouffée d’oxygène, de fraîcheur et de sincérité dans les méandres obscures des réseaux sociaux qui permettent à des personnes convaincues, sectaires et intolérantes de prêcher leurs bonnes paroles indiscutables, bien rodées et formatées sur un ton culpabilisateur, derrière leurs petits écrans… c’est jugeant et maltraitant et cela ne laisse aucune place à l’échange, à d’autres visions des choses, à d’autres vérités… alors, je t’en supplie, continue… d’écrire, de ne pas entrer dans des cases, de ne pas te laisser être formatée, de nous faire rire et de surtout de te rebeller et de t’indigner… toujours avec autant de bienveillance et de pets de licorne
    Je continue à te suivre… avec toute mon amitié! Isabelle Cottenceau

    Répondre
  • De bulles en aiguilles 14 août 2017 at 11 h 43 min

    Putain je sais toujours pas péter des paillettes moi… Zut de flûte… Je vais continuer à siroter des mojitos, ça viendra peut-être !
    Et ce nouvel article me plaît autant que le précédent car il dit ce que j’essaye de dire maladroitement dans mon entourage ! J’ai même banni le mot bienveillance de mon vocabulaire en terme d’éducation pour m’exprimer en terme plus précis, enfin quand je ne suis pas en train de faire un running sur ma bouée en forme de glace

    Répondre
  • La parenthèse psy 14 août 2017 at 11 h 55 min

    N’étant pas encore une maman licorne, mais ayant bouffé de la théorie psy-chédélique à gogo, je peux affirmer ceci: une bonne môman sera une môman ‘suffisamment bonne’. Monsieur Donald (Winnicott) prônait les mômans gaffeuses et non les mères parfaites.
    Dommage que la société nous bombarde de tabous et d’illusions à ce sujet… 😉
    https://la-parenthese-psy.com/

    Répondre
  • Evan BOISSONNOT 14 août 2017 at 13 h 15 min

    Bonjour

    Le problème est toujours d’interpréter ce qui est dit sur internet comme ce qu’il faut faire. Non ce n’est pas ce qu’il faut faire, c’est ce que la personne qui bloggue pense qu’il faut faire pour être bien.

    Alors c’est sûr le ton est souvent dans l’accusatoire, mais après tout, chacun son expérience non ?!

    Ne jugeons pas les autres dans leur jugement, et l’on aura peut être réussi une belle étape :)

    Après, je vais mettre de l’eau dans mon vin (quelle mauvaise idée en vrai !), il faut sans doute revoir nos tons condescendants ?

    A plus
    Evan

    PS: et moi aussi j’ai connu ton blog grâce à ton article, chapeau pour le choix, ça a bien marché :)

    Répondre
  • Claire 14 août 2017 at 15 h 12 min

    Coucou
    Très belle réponse avec plein d esprit. Je t ai découvert grâce à ma soeur avec qui on échangeant sur la difficulté et la culpabilité qu était de mettre en.place l éducation positive.
    Je pense qu il y a du bon à piocher dans toutes les manières d éduquer son enfant. Et qu il y aura toujours des rageuse pour nous dire qu on fait mal…
    Bref j ai bie’n plaisir à te lire et me retrouve dans tes propos et tes aventures.
    Continue et ne lachons rien…. Courage

    Répondre
  • Vallat 14 août 2017 at 15 h 15 min

    Les gens qui t’ont accusée de mère violente sont-ils au moins humains??? On se le demande , s’ils n’ont jamais connu un seul « pétage de plomb » en étant parent… Perso j’aurais tendance à avoir plus de peine pour LEURS enfants!

    Répondre
  • Marie (Jeanne et Serge) 14 août 2017 at 15 h 41 min

    Je suis ravie de voir que tes mots voyagent au delà de ton entourage pour avoir un impact sur des milliers d’autres personnes. Je n’ai pas d’enfants mais je lis tout tes articles. Oui parce qu’on se connait, mais pas que… je trouve sincèrement que tu contribues à élever les mentalités de la vision que le web a sur les Femmes et sur les Mamans. Tous les retours que tu as eu prouvent que cet article était vraiment important et nécessaire. Continuuuuuuuuuues <3

    Répondre
  • Sabrina 14 août 2017 at 23 h 43 min

    Moi je pensais que les licornes ne petaient pas. ou juste plus haut que leur cul … bref, en lisant cet article , me voilà bien déçue.
    sinon j’ai essayé le fitness sur les chiottes mais je me suis claquée la fesse droite et depuis je boite.
    On a tenté la bienveillance ce week end jusqu’à ce que notre aîné renverse son verre de sirop par terre alors qu’on venait de lui dire « il serait plus judicieux de tenir ton verre avec tes deux mains afin d’éviter un incident »
    On a essayé , c’est deja ca … ensuite son frère a recraché tout ce qu’il avait dans la bouche et il a bien visé la petite fente qu’il y a entre la table et la chaise haute ..
    nous venions de faire le menage.
    que quelqu’un m’explique comment garder son sang froid.
    Cordialement

    Répondre
  • Marie-Laure 15 août 2017 at 2 h 01 min

    Effectivement les médias dans leur ensemble ne se contentent pas de nous culpabiliser sur la totale imperfection de notre mode d’éducation… En dehors des Super Nanny et Grand Frere trop plus mieux forts que tout le monde réuni, y’a aussi des Cristina Cordula !! Beurk… Tiens, juste pour l’enquiquiner celle là, je vais continuer de porter des ballerines. Elle s’en fout, mais moi ça me fait du bien. A bas les dictateurs !!

    Répondre
  • magalie 16 août 2017 at 17 h 20 min

    Bonjour,

    j’ai découvert le blog grâce à cet article qui a été partagé sur facebook.
    Et dieu que j’ai ris. Habituellement les paillettes son dans ma culotte quand je pète (et oui ici ce sont les princesses qui pètent des paillettes et j’en suis une, même si mes 3 garçons attendent encore que leur prouve la présence de paillettes dans la dite culotte). Donc ton article c’est dans le coeur qu’il m’a mis des paillettes!
    Bah oui je me sentais un peu seule sur ma planète « je fais ce que je peux » avec mes 3 terreurs. Qui en plus d’être en majorité numéraire, sont supérieurement épuisants, relous, fatiguants, déstabilisants, attachants, bruyants, intelligents, marrants, attendrissants. Et puisqu’ils arrivent à être tout ca à la fois, ben moi je me permets aussi de ne pas être la même tout le temps.
    Je gueule, je ris, je câline, je soigne, j’écoute, j’envoie bouler, je blague, je vanne, je m’extasie, je m’inquiète… et tout ça avec beaucoup de bieveillance parce que je les ai fait avec envie et je vis avec eux avec bonheur…m

    Répondre
  • Maglouise 16 août 2017 at 18 h 21 min

    Juste: MERCI. Merci pour vos articles et en particulier celui ci, qui m’a fait du bien à moi aussi (pourtant maman d’une seule nénette),il a raisonné en moi parce que oui, Il y a de super trucs dans la parentalité positive mais ras le bol de culpabiliser! Bravo pour votre réponse toute en nuance justement. Bref, continuez, c’ est chouette de vous lire et ça fait:
    – du bien
    – réfléchir
    – rire
    Et souvent les 3 à la fois
    PS: bienvenue dans le monde merveilleux (ironie ) des maîtresses.

    Répondre
  • Crafty Kay 16 août 2017 at 19 h 59 min

    Merci pour cet article, assez sympa, et le précédent, qui m’a permis de vous découvrir.
    J’ai deux bouts de chique, rousses, de 4 et 6 ans, surnommées respectivement MaxiChoupette et SuperChoupette. Ce qui est amusant, c’est que Yogibaby ressemble fortement à MaxiChoupette (la petite).
    Je suis totalement d’accord avec vous : la nuance est importante! La la rencontre malentcontreuse du café et du clavier

    Répondre
  • Crafty Kay 16 août 2017 at 20 h 23 min

    Je recommence mon commentaire, suite à un écueil de manipulation de clavier ^_^
    Merci pour cet article, et pour le précédent qui m’a permis de vous découvrir =)
    Tellement d’accord avec le besoin de nuance! Moi-même maman de deux Choupettes de 4 et 6 ans, j’ai travaillé longtemps avec des enfants…Je me souviens encore avec nostalgie de ces années où, juchée sur mon piédestal de zénitude absolue, j’étais certaine de devenir un parent parfait, avec la CNV et l’expérience accumulée…
    Etre parent, ce n’est pas rose tous les jours. Et non, un mot ou une phrase prononcée sur un ton incendiaire après la rencontre inattendue du café et du clavier, ce n’est pas un comportement de mauvais parent! Ni de bon parent, en fait…C’est juste humain (homo sapiens sapiens, 7 milliards sur Terre)
    En discuter, après, c’est ce qui fait avancer : « J’étais fâchée, parce que je travaillais, et j’ai été interrompue. Frustrée parce que c’est peut-être cassé. Inquiète parce que tu aurais pu te brûler.  »
    La violence n’est pas dans les actes, uniquement, mais dans l’impossibilité de mettre des mots dessus 😉

    Répondre
  • Anne Ce 18 août 2017 at 10 h 55 min

    Juste un petit mot pour te dire que je viens de découvrir ton blog après avoir lu ton article sur la parentalité positive et cela a éclairé ma journée ! J’ai ri aux larmes et cela m’a fait du bien. Je découvre la parentalité avec ma petite poule rousse de 9 mois et c’est une sacré aventure (épuisante !) j’essaie de lui expliquer les choses calmement avec le sourire, en espérant qu’elle va me répondre « oui maman tu as raison, ca ne sert à rien de faire une crise de nerfs parce que je n’ai pas envie que tu m’allonges sur ma table à langer. C’est vrai que tu t’occupes bien de moi et que j’ai de la chance d’avoir une maman comme toi ! » Mais au fond de moi je boue et j’ai en effet bien envie de lâcher quelques grossièretés ! (Je les dis dans ma tête ca libere deja un peu!!)
    Bref, j’ai adore ton article, ca m’a fait rire et je m’y suis reconnu.

    Répondre
  • Pïouette 18 août 2017 at 11 h 48 min

    Alors, je fais partie des gens qui ont découvert ton site grâce à ton fameux billet, j’ai même pas d’enfant et j’ai adoré et du coup lu d’un trait et le sourire aux lèvres… un nombre certain de tes articles… oui, la procrastination peut parfois être sympa! :-)
    Je trouve que ton billet soulignait bien le paradoxe: on veut faire bien mais on a pas envie non plus de se sentir nul parce qu’on est pas parfait. Et puis si tout le monde faisait tout parfait… ça serait la preuve qu’à la page suivante y a une licorne qui sort du décor, non? 😉

    Répondre
  • Lili 21 août 2017 at 3 h 19 min

    où est l’article initial et les commentaires ? C’est un peu dommage de ne pas assumer ses écrits jusqu’au bout…quitte à faire grincer des dents les mégères … certaines phrases étaient vraiment rudes je trouve et dans l’article initial et dans certains commentaires…mais cela a permis de faire découvrir le blog , bon courage pour la rentrée car en tant que PES le mot bienveillance et dr Gueguen vous allez en bouffer au quotidien… c’est dans les programmes et l’ESPE aime le rappeler chaque jour ainsi que les CPC , PEMF etc et l’excuse « j’ai une vraie vie, je suis humaine » ne tiendra pas, car ils vous répondront vous êtes une pro avec votre référentiel du PE à tenir…débrouillez vous le tout sans cri et sans punition. Bonne continuation (une EX PES qui a grincé un peu sur ton article initial)

    Répondre
    • Shivamama 21 août 2017 at 9 h 20 min

      Bonjour,
      L’article est toujours en ligne et assumé ainsi que les 593 commentaires (les gentils et ceux des mégères 😉 ). L’article n’a pas été écrit dans le but de faire « découvrir le blog ». J’écris depuis 2 ans, sur tout plein de sujet. Celui là a simplement parlé plus de monde
      Le métier de maitresse et le métier de maman sont bien différents. Ce n’est pas mes enfants que j’aurais. Ce n’est pas mes tripes, mon sang, mes casseroles. Tout comme je ne hurlais pas sur mes clients quand j’étais webdesigner, je ne les mettais pas non plus au coin 😉

      Répondre
      • laurence 17 septembre 2017 at 10 h 21 min

        Bonjour,
        J’ai découvert cet article un peu par hasard et j’ai … adoré la franchise qui se dégageait de votre article. J’ai expérimenté la parentalité positive et effectivement dans le quotidien ça marche pas à tous les coups. Alors j’en prends un peu … et j’adapte au jour le jour !! J’ai surtout fermé quelques portes de mon passé et alléger aussi mes casseroles devenues trop lourdes à porter … L’ambiance est un peu plus sereine à la maison enfin c’est un peu mieux et puis je me fais plus confiance…. Mes enfants ont l’air d’être bien dans leurs baskets même si je crie parfois (enfin souvent!) plus fort qu’eux …. Je culpabilise moins enfin je tente de trouver une équilibre !!! Et je crois que je grandis en même tps que mes enfants …. Enfin merci pour ces articles et … pour votre franchise !! ça fait du bien !!

        Répondre
  • jessica 22 août 2017 at 8 h 14 min

    J’aime!!! Tout est dit, tout est vrai, tout est juste. Le point 3 m’a tellement fait rire.

    Répondre
  • ville 25 août 2017 at 16 h 17 min

    j’adore. encore merci

    Répondre
  • josette 7 septembre 2017 at 15 h 39 min

    Bonjour, j’avais lu votre article en aout, et je voulais vous remercier pour cette mise au point (le 1er et le 2eme article :-) ) et votre humour !
    j’ai trouvé de l’inspiration en vous lisant. Merci ! http://www.sophrologie-et-famille.fr/2017/09/ras-le-bol-de-la-parentalite-positive/

    Répondre
  • sophie 7 septembre 2017 at 23 h 25 min

    Youpi pirouli qu’est-ce que j’ai ri !! Merci, oups que de i, ben oui mais c’est que tout ça c’est bien joli quand on le lit depuis son lit à onze heures et demie. Bref trêve de plaisanteries ! N’empêche qu’il en fallait du courage pour dire tout haut ce que l’on pense toutes tout bas. Moi je ne juge personne parce que je sais que c’est bien facile de critiquer que de faire et j’en connais un rayon (enfin surtout ma fille) parce que je suis bien plus patiente et bienveillante avec mes petits élèves qu’avec ma fille justement (en plein dans l’ado faut dire!). Alors juste un grand merci et te dire que tu devrais écrire un bouquin parce que moi j’adore le ton que tu utilises ! A très bientôt !!

    Répondre
  • Caro 13 septembre 2017 at 17 h 39 min

    Chère mamashiva !
    Merci ! pour la rigolade mais aussi pour la déculpabilisation, le parlé de la vraie vie et tout ce que ça implique derrière. Merci merci

    Répondre
    • Caro 13 septembre 2017 at 17 h 40 min

      ok Shivamama ça marche aussi !!! Je replonge ma tête dans le guidon !!

      Répondre
  • Isa 16 septembre 2017 at 4 h 17 min

    Vous êtes géniale, ne changez RIEN

    Répondre
  • Audrey 16 septembre 2017 at 17 h 27 min

    Merci !
    Merci pour cet article, pour le ton utilisé, j’adore votre façon d’écrire.
    Nous sommes nombreux (oui parce qu’il n’y a pas que des femmes qui élèvent des enfants et qui pètent les plombs) à culpabiliser à ce sujet.
    Personnellement je déculpabilise toutes les amies maman en leur disant que la mère parfaite n’existe pas et qu’on nous faisons toutes et tous de notre mieux.
    Je n’en suis pas encore à péter des paillettes mais je ne désespère pas.
    En tout cas encore merci .
    Je vais continuer de tenter d’arrêter d’hurler sur mes deux humains miniatures que j’élève seule, car là aussi c’est bien sympa la positive attitude (comme le chantais la grande philosophe Laurie… « humour ») mais quand on a pas moyen de passer de temps en temps le relais Ben le « putain de Bordel de merde » arrive sans prévenir avec la culpabilité qui vient juste après de ne pas avoir réussi à se contrôler.
    Mais bon mes bébés sont équilibrés, plein de vie, de joie de vivre et d’humour et non avare de câlins.
    Alors ouais je ne suis pas une mère parfaite qui élève ses enfants dans la zenitude , mais quand je vois le résultat je suis tout de même fière du chemin accomplir tous les trois ensemble.
    Merci d’apaiser ma conscience en voyant que je ne suis pas un cas perdu ni désespéré.

    Répondre
  • Ganaël 16 septembre 2017 at 20 h 03 min

    Parfaitement en phase avec votre façon d’envisager l’amour maternel et paternel. Nous sommes parents de quatre enfants dont deux derniers jumeaux, soumis à toutes les instabilités propres à une « grande » fratrie, et… on en chie sec !!! Mais dans les colères et hystéries qui nous font devenir nous aussi abominables avec nos progénitures, on sait tous mutuellement et paradoxalement à quel point on s’aime moi non plus. Rien de sado magique là-dedans, juste des vire-voltages émotionnels, avec des nuées de gris et des ondées, pour reprendre votre image de grey ! Merci de mettre en mots nos petites et grandes souffrances que d’autres pensent malheur… Même si on est d’accord, putain c chiant les gosses bordel !

    Répondre
  • GOURLIAU Valérie 16 septembre 2017 at 22 h 10 min

    Merci pour votre article. J’ai ressenti le même soulagement à partager mon imperfection de maman il y a des années en lisant « comment ne pas être une mère parfaite  » de Libby Purves. Très drôle et toujours d’actualité !

    Répondre
  • Christine 20 septembre 2017 at 7 h 28 min

    Excellent article !
    A Pâques nous étions à Camaret en balade lorsque nous avons surpris une bribe de conversation entre deux papi-mamie. La mamie disait très fort : « il y en a, ils font des enfants, et après ils s’aperçoivent que c’est chiant ! ». On s’est retournés vers eux et on a éclaté de rire. Nous sommes parents de 4 enfants à deux, il n’en reste plus que deux à la maison mais ce n’est pas pour autant que nous avons moitié moins d’embêtements ! On les aime, hein, mais parfois… Grrrrrr

    Répondre
  • Chrystelle 20 septembre 2017 at 18 h 34 min

    Super ! Entièrement en accord avec les 2 articles.
    J’aime mes 3 garçons, mais la vie n’est pas calme à la maison. Les conférences sur l’éducation bienveillante, j’y suis allée pour me donner des astuces, mais au final ce n’est que du bon sens et il me semble que je l’ai le bon sens. Avec leur grand savoir, je leur laisserai bien mes enfants 1 semaine pour voir si elles sont toujours bienveillantes après les Super Mamans !!!

    Répondre
  • Caroline 21 septembre 2017 at 7 h 39 min

    Ça y est, je suis fan! Non mais le « je vais aller péter des paillettes » m’a tué!!! Je pense que comme moi, tu aimes l’humour de Florence Foresti 😉
    Merci pour mon.premier rire de la journée, devant mon.café du.matin….avant d’aller réveiller

    Répondre
    • Shivamama 21 septembre 2017 at 7 h 49 min

      Florence for ever 😉

      Répondre
  • Roxane 22 septembre 2017 at 0 h 36 min

    Bravo pour l article et la réponse aux commentaires. ! Je ne t avais jamais lue, j’ai ri! Et je partage à 100%
    Bravo pour la réponse (même si je déplore que l’on doive constamment se justifier de tout sur les réseaux sociaux) drôlissime !!!

    Répondre
  • Valérie 22 septembre 2017 at 10 h 42 min

    J’ai lu votre 1er article (pas encore les commentaires) et celui-ci (avec les commentaires) avec bcp d’attention.
    Je suis consultante en parentalité et c’est important, pour moi, pour pouvoir accompagner les parents, de mieux connaître et comprendre leurs difficultés, questions, problématiques, réussites, et leur chemin de vie…
    Je suis totalement en accord avec vous sur le fait que la culpabilité n’est pas bonne et ressort trop parfois de certains articles ou autre.
    Moi même maman, je culpabilise parfois et je trouve que c’est bon ni pour moi, ni pour mes enfants. Chacun de nous faisons de notre mieux pour partager notre amour et vivre bien ensemble.
    Toutefois, ce qui me pose question, en vous lisant et en lisant ceux qui laissent des commentaires, c’est que certains parents en vous lisant peuvent se dire « ok je ne suis pas parfait, je fais de mon mieux et je peux continuer à péter des plombs, à crier, … à effrayer mes enfants (car nos cris et le reste peuvent les effrayer fortement / je ne sais pas si vous avez remarqué mais notre tête n’est plus la même quand nous sommes dans ces états là !) tout en étant conscient de mes faits, dires et gestes »
    C’est légitime de péter les plombs mais si cela peut se faire entre adultes c’est mieux non ? cela épargne nos petits bouts :-)
    Du coup, je vous invite à vous contacter entre vous parents pour exprimer votre ras le bol, à vous entourer de belles personnes qui peuvent vous soutenir dans les moments délicats.
    D’ailleurs, c’est exactement ce que vous faites en écrivant aussi. Alors continuez d’écrire en publiant ou même sans publier, juste pour lâcher vos ressentis.
    Bon, je vous invite à continuer à être conscient et créatif dans votre parentalité et à visiter le site https://parentalitecreative.com/
    Merci de m’avoir lu…je vous souhaite de vivre de belles journées avec votre smala

    Répondre
    • Cokara 5 octobre 2017 at 17 h 09 min

      C’est dommage Valérie… vous y étiez presque, on sentait bien au début que vous alliez comprendre l’article de Shivamama et toutes les réponses des parents en commentaires et … PAF ! Vous avez craqué… vous n’avez pu vous empêcher de remettre une p’tite couche de culpabilité à tout le monde… « bah oui c’est vrai non? c’est mieux de ne pas péter les plombs »…
      C’est vraiment con, parce que vous y étiez presque …

      Répondre
      • Shivamama 5 octobre 2017 at 17 h 15 min

        Hahaha 😉

        Répondre
        • marioon 17 octobre 2017 at 10 h 32 min

          Et bim… !! 😉

          Répondre
      • Béatrice 21 octobre 2017 at 12 h 36 min

        Très bon!

        Répondre
    • Valérie 27 octobre 2017 at 13 h 28 min

      Alors voilà… si j’ai mis du temps à vous répondre, c’est que je voulais trouver les mots justes. (Exercice pas simple étant donné les incompréhensions.)
      Et puis, j’ai bien fait d’attendre car j’ai reçu ce mois-ci le dernier magazine PEPS (n°19), où Marc-André Cotton écrit un article sur le sujet : « La parentalité positive culpabilise-t-elle les parents ? » Yihou ! yihouhou ! ça tombe pile poil !!! 😉

      Il commence par énumérer tout ce qui se dit sur en quoi la parentalité positive culpabilise les parents (les connaissances sur le cerveau/besoins du parent à l’oubliette/critique de l’entourage…) et pourquoi elle est néfaste aux parents et aux enfants (épuisement du parent/interfère au bon développement de l’enfant…).

      Puis il continue en expliquant que se sentir coupable survient qd on éprouve une hésitation entre 2 possibilités. Et avec l’éducation bienveillante (il n’y a pas d’éducation négative), on est confronté à ce qu’on aimerait être et à ce qu’on nous a toujours dit d’être. En gros, l’éducation que l’on a reçue surgit et les injonctions de jadis (nous petit face à nos parents) ressortent face à une situation vécue avec nos enfants, et nous font douter de nous.

      Pour finir, par nous expliquer combien l’éducation bienveillante n’y est pour rien mais qu’il faut voir plutôt du côté de notre positionnement d’adulte d’aujourd’hui face à l’éducation que nous avons reçu et au lourd fardeau de l’éducation de nos parents.

      D’où déjà ma proposition pour épargner nos enfants, de se réunir entre nous 😉

      Mais il en parle mieux que moi dans son article http://www.pepsmagazine.com

      Répondre
  • marioon 17 octobre 2017 at 10 h 36 min

    Alors je kiffe les avocats sur le flamand rose et je surkiffe Jean-mimi au PMU !!
    J’en ai mal au bide à défaire ma ceinture (le foetus de 7 mois qui est dedans sait déjà à quoi s’attendre !)
    Et je rejoins des commentaires qui parle de Florence Foresti : regardez le sketch « les mamans calme », trop bon !

    Répondre
  • Natacha Guillaume 18 octobre 2017 at 14 h 25 min

    Bonjour Shiva Mama,
    merci pour cet article. Très drôle et… déculpabilisant 😉

    Moi je déteste la parentalité positive, mais j’adore la parentalité consciente par contre, et depuis que je l’ai découverte je me sens bien plus zen.
    Je suis une maman humaine et je fais des erreurs (plein?)…

    J’ai écris un article qui, au début, aborde le harcèlement psychologique que j’ai ressenti avec mes lectures sur l’éducation.
    https://heureux-sans-couches.com/famille-simple-et-heureuse/ Si cela vous intéresse…

    Merci pour votre simplicité,

    Natacha

    Répondre
  • maud 24 octobre 2017 at 7 h 45 min

    je découvre et j’adooooooore vos deux articles (ce sont les deux seuls que je viens de lire mais je ne vais pas m’arrêter là du coup)

    Répondre
  • juliette bl 3 novembre 2017 at 10 h 09 min

    Super article, très réel. La parentalité bienveillante on en a marre c’est juste impossible en tout cas pour moi et pour la majorité des gens que je connaient. c’est une utopie irréaliste.
    Autant dire qu’on va plus polluer et qu’il n’y aura plus de guerre sur terre . Moi je crie , je péte les plombs, je punis et je peux pas faire autrement parcequ’un gosse en pleine crise des 2 ans c’est juste un cauchemard.
    En tout cas ton article m’a bien fait rire.

    Répondre
  • Aurelie 15 novembre 2017 at 8 h 51 min

    Simplement merci hihi :)

    Répondre

Laisser un commentaire