mes-rousses

Mes rousses

Il y a des mystères de la vie qui deviennent vos rayons de soleil, des surprises qui deviennent particularités emblématiques de ta tribu, des enchevêtrements d’ADN qui donnent naissance à deux petites rousses, mes rousses à moi.

Sur le papier pourtant ce n’était pas forcément écrit, sauf pour certaines coiffeuses qui crient à l’évidence (genre!). Je suis châtain au yeux verts, Papafakir est blond au yeux bleus. Alors quand on m’a tendu mon YogiBoy nu comme un ver les yeux bleus piscines et ses trois petites poils blond sur le caillou, j’ai trouvé ça raccord. A vrai dire, je ne me suis même pas trop posée de questions. C’est vingts mois plus tard qu’un doux étonnement a envahi notre foyer. YogiNenette arrivait, tout cheveux mandarines sur la tête. C’était la venu au monde de ma première petite poule rousse et c’est là que tout a commencé.

mes-belles-rousses

Les « Ho c’est marrant, une petite rousse! » Marrant… Les « Maman, maman, le bébé il a les cheveux oranges ! ». Pourtant YogiNenette se la joue discrète, elle est presque blonde vénitienne. Mais histoire de lever tout doute  et ambiguïté sur ma capacité à faire de belles rousses, YogiBaby est arrivée, rousse Level-47. Avec elle pas de « blond vénitien truc muche » ou de « reflet auburn gnagnagni gnagnagna ». Non YogiBaby est rousse. Rousse de feu. Tu éteints la lumière, ses cheveux brillent encore.

Vous vous doutez bien que deux petites rousses de treize mois de différences dans une poussette double ça ne passe pas inaperçu… J’ai eu le droit à « C’est fou ça que vous gardiez deux rousses »… Ce sont mes filles madame… Au supermarché une fois par mois « Trooooop chou les deux rousses ».

enfant-roux-belles

C’est vrai qu’elles sont belles mes rousses. Que quand je vois la qualité de cheveux de YogiBaby, je suis hyper jalouse (oui, YogiNenette se cherche encore un peu au niveau de la pousse. Je rêve en secret de lui faire une tresse pour ses 18 ans, UNE tresse et pas deux petits bouts de ver de terre de chaque côté du visage). Mais au fond, je me dis que c’est Roussiste (comprenez discriminant envers les roux). C’est vrai je ne suis jamais allée dire à mon frangin « Elle est trop belle ta petite black » alors que Dieu sait  que ma filleule est une pure beauté franco-brésilienne. Il ne m’a jamais traversé l’esprit de dire à mon cousin que les yeux bridés de ses filles sont « trooooop choux ». Non, juste que ses deux princesse sont à croquer… dans leur intégralité.

Moi la première, je les surnomme « les rousses » (ça m’évite aussi de dire « les pénibles » ou « les relous »). Alors qu’elles sont tellement plus (que rousses, pénibles et relous). C’est les résumer à ça finalement, toutes les deux qui plus est, sans distinctions. Alors quand YogiBaby se regarde dans le miroir et ne cesse de répéter le prénom de sa sœur en s’auto-pointant du doigt, je me dit qu’il y a un problème.

Il est peut-être temps de lui dire que, non, la mignonne petite fille rousse dans le miroir c’est YogiBaby, celle qui a une grosse voie, de longs orteils aussi, des bobos aux oreilles, une passion pour le grignotage de feutres, un vrai don pour le sprint et une sociabilité à toute épreuve. Que YogiNenette, c’est sa sœur, l’autre rousse avec des grosses joues qui rougissent en hiver, si timide envers les adultes que les fesses de sa mère sont devenues sa résidence secondaire, celle qui torche un puzzle 46 pièces en deux temps trois mouvements, celles qui ne parlent pas encore très bien mais qui a tant de choses à dire.

fille-rousse-yeux-bleus

Au fond de moi, je le sais, en les distinguant de la sorte, j’ai peur de rompre leur complicité. Ce  lien si fort qu’elles ont toutes les deux, tous les trois mêmes et qui ne cesse de m’émerveiller. Parce que quand je les récupère à la crèche après une journée de boulot et que l’équipe pédagogique  me dit à l’unisson « c’est diiiiingue leur degré de connivence, incroyable!!! » pendant que YogiBoy les aide à mettre leurs chaussures; je voudrais que ça dure toujours (qu’on s’entende bien, ça se crie dessus, ça se tire les cheveux (roux), ça se griffe les joues et ça se pince autant que ça se caline, fait des bisous, s’entraide et joue ensemble ! J’ai enfanté des humains, pas des anges célestes).

Je sais qu’à l’école, des sales gosses les appelleront « poil de carotte » ou inventeront une autre vanne 2.0, mais je sais aussi que leur frangin ne sera jamais loin et qu’avec leur fichu caractère, à elles deux, elles ne se laisseront pas faire. Je ne me fais pas de soucis pour ça. Je voudrais juste que mes rousses, mes filles, portent fièrement leur crinière, leur caractère, leurs ambitions, leurs idées et qu’on les trouve belles… dans leur intégralité.

Je sais aussi que des rousses aux yeux bleus, il en existe peu et que moi, j’en ai fait deux. Et quand YogiBoy me dit « les cheveux de mes petites soeurs, c’est comme des trésors » j’ai juste envie d’y croire.

Allez, bonne semaine les Yogis… les blonds, les bruns, les roux.

Shivamama

Enregistrer

7 Commentaires

  • Ludivine 20 janvier 2016 at 14 h 15 min

    Je suis rousse aux yeux bleus alors forcément cet article m’a touché 😉
    J’ai une fille de 4 ans, une blonde aux yeux marrons presque noirs !

    Répondre
    • Shivamama 20 janvier 2016 at 17 h 37 min

      Les mystères de l’ADN ! Merci pour ton commentaire et des bécots à ta blonde 😉

      Répondre
  • Lune Rousse 20 janvier 2016 at 18 h 19 min

    Ah les mystères de la nature!
    Je suis rousse, mon conjoint brun et j’ai imaginé ma fille tout le long de ma grossesse rousse… et bien non Petite Lune est châtain avec quelques reflets roux si on cherche bien et seulement au soleil 😉 Les sages-femmes ont bien ri car cela a été une de mes premières remarques « mais elle est pas rousse?! »
    Même si parfois être rousse est un peu difficile (à l’école notamment) plus tard c’est une force et un petit plus qu’on adore. Je ne changerai de couleur pour rien au monde.

    Répondre
    • Shivamama 20 janvier 2016 at 20 h 02 min

      Je suis bien d’accord avec toi. Et ton témoignage finit de me rassurer. Merci beaucoup la famille de la lune !

      Répondre
  • TataHanie 7 février 2016 at 6 h 35 min

    Mais parce qu’elles sont tellement plus que ça tes rousses!!! Et même si on aurait tendance à les mettre dans le même panier en les nommant ainsi, on rassure tout le monde: il y a bien une frimousse d’ange, un regard de malice, des joues à croquer et encore tellement à découvrir dans chacune d’elle. Leurs roux ne les rends qu’encore plus uniques!!

    Répondre
  • Coclae 7 août 2017 at 0 h 32 min

    Ici je suis blonde venitien et le papa est roux. Tous les deux yeux bleus.
    Pendant toute ma grossesse les gens n’ont pas arrêté de m’embêter  » tu vas faire quoi si ton bébé n’est pas roux aux yeux bleus ??? Ton mari feras un test de paternité ?  » …. bébé est né blond/roux ( très peu de cheveux). Maintenant il a 4 mois et plus un poils sur le cailloux !!!! xD

    Je serais très fiere (de nous) s’il est roux car cette couleur est magnifique ! Et je serais aussi très fiere de lui qu’il soit blond, roux, châtain ou qu’il veuille se les teindre en bleu !

    Plein de courage à tes filles quand viendra le moment (peux être ) où elles devront affronter les remarques méchantes et blessantes. On passe tous par là, que ce soit sur les cheveux, le poids, la taille, ….

    Répondre
  • Amandine 10 août 2017 at 1 h 25 min

    Mon fils est roux ou blond vénitien ça dépend des jours. Je me suis reconnue dans le début de votre article écoutant les remarques des personnes que je croise quand je me promène avec lui. Je ne suis pas rousse mais dans la famille nous avons remarqué que cette couleur saute une génération. Ma mère et mes tantes sont rousses et mon fils et les deux fils de ma cousine sont tous roux… merci pour votre blog et notamment votre article sur la parentalite positive.

    Répondre

Laisser un commentaire