3-enfants

Il me manque une cuisse

J’ai trois enfants. Certains m’ont dit « pas plus de deux enfants, sinon ils sont en surnombre et t’es foutu ». Oui mais vous connaissez l’histoire, j’ai eu trois enfants. Et j’aime avoir trois enfants. En 2017, une famille de 5, c’est déjà une famille nombreuse. Il te faut le Berlingo, la carte SNCF et les lits superposés. Ça fait parti du matériel de base. J’aime débarquer au parc avec ma tribu ou déposer chacun dans sa classe ou à la crèche le matin (ha oui tiens, il faudra que je te parle de la crèche). C’est comme si je déboulais avec ma team. On n’est pas un duo, ni même un trio, on est une team. Et j’aime ça. Mais avoir trois enfants c’est aussi délicat et parfois emmerdant.

Déjà la nature ne t’a pas conçu pour avoir trois enfants. Premièrement : tu n’as que deux bras (oui même shivamama). Tu ne peux donc donner la main qu’à deux enfants, et crois moi c’est une source de conflit : « Mais donne la main à ta sœur!! » « C’est toujours ELLE (il pourrait cracher du pus à ce moment là) qui tient la main et moi je suis tout au bout »… tout au bout, comprenez à 1 mètre de sa mère soit l’envergure de sa sœur…

Je n’ai que deux cuisses aussi et ça, ça pose problème dans le canapé… Ben oui, pour lire les histoires. Et à la maison on lit beaucoup d’histoires. Tu as déjà vu des fans de Johnny courir à l’ouverture des portes de Bercy pour choper les meilleurs places ? Le même phénomène survient ici à l’annonce de la proposition indépendante (oui je prépare le CRPE) suivante « on lit une histoire ? ». Là il n’y a plus de famille, plus de fratrie, c’est chacun pour sa gueule. Pour tout vous dire, il n’existe même plus de maman à cet instant précis. Je me fais piétiner, escalader. Je finis souvent avec un enfant sur chaque cuisse et YogiBaby sur le bidon (« mou mou maman » rajoute-elle effrontément de surcroît). Je vois à peine le bouquin, mais je ne râle pas trop, j’ai mes trois glues autour de moi.

fraterie-rapprochee

Avec trois enfants aussi, je n’ose pas débarquer chez les autres. Surtout ceux qui n’en ont pas. Je trouve ça invasif. D’un coup d’un seul, c’est 4 ou 5 personnes qui débarquent. Le paquet de pépito et la brique de jus gardés en stock ne suffisent pas à nourrir l’arrivée de la tribu. Et chez les gens qui n’ont pas d’enfants, il y a cette multitude de petites choses fragiles et à hauteur que tu as banni de ton habitât depuis des lustres. Bref, c’est la famille Dumbo dans un magasin de porcelaine. Laisses tomber.

Et puis trois enfants… c’est difficile à faire garder. J’ai la chance d’avoir les grands-parents à proximité (pourquoi crois-tu que j’ai hurlé en chialant à l’annonce de ma troisième grossesse, devant mon macfleury au macdo de Cherbourg : « je veuuuuux rentrer chez ma mèèèère!!! »). Mais cela sous-entend qu’il leurs faut 3 lits, 3 chaises de plus, une voiture assez grande pour accueillir 3 sièges auto et surtout, surtout : une seconde jeunesse. Matériellement chez mes beaux-parents c’est mort, physiquement aussi. Pour ma mère, c’est une piqûre de rappel (elle a eu trois enfants), une petite cure de jouvence en soi, ne me remercies pas maman, c’est cadeau.

Trois enfants c’est aussi une source de conflit; bien que cela peut être arrangeant parfois quand le choix ne se limite qu’à deux options. Le troisième tranche. Et comme c’est à YogiBaby qu’incombe cette tâche et qu’elle ne canne souvent pas où nous en sommes dans la conversation, elle est impartiale, c’est parfait ! Cela dit elle est capable de répondre C à la question « A ou B ? ».

Trois enfants c’est un budget aussi. Mais ça, ma pauvre Lucette, tu l’as choisi. Pour aller à une plaine de jeux par exemple c’est plus de 30€ d’un coup d’un seul; au resto on prend souvent un ou deux menu enfants pour trois et on appréhende déjà les futures sorties cinéma. À l’inverse, puisque c’est une fratrie (très) rapprochée, les fringues, les jeux, les livres vont pour tout le monde. Ren-ta-bi-li-té !

Mais comme je vous l’ai dit j’aime avoir trois enfants eu en trois ans pour la simple et bonne raison que je sais qu’ils ne seront jamais seul. Ils peuvent se tirer les cheveux, se hurler dessus, se griffer (attaque préférée de YogiNenette) cela n’y changera rien, mes enfants ne seront jamais seuls.

J’ai du mal à imaginer comment on peut se brouiller avec ses frères et sœurs (je parle de vrai brouille, pas du boudin parce qu’elle t’a volé ton playmobil ou pire, marché sur ton cahier ) pourtant j’ai un très bel moche exemple avec mes proches.  Dans la famille, c’est tout ce qu’on a, tout ce qui nous reste au final. J’ai une sœur et un frère (sans compter mes cousins aussi précieux qu’eux). Dans les moments difficiles mais aussi les plus heureux, ce sont eux qui sont là. Un regard, une parole de leur part, un peu de soutien, un sourire, un wathapps de ton frère, un SMS de ta sœur, un Snapchat de ta cousine et tu es le roi du pétrole. J’ai offert une famille à mes enfants, qui perdurera même quand moi je ne serai plus là. Mes enfants ne seront jamais seuls.

À la maison il y a de la vie (c’est le moins que l’on puisse dire), il y a de l’amour (puissance 3). C’est ma famille, c’est ma team. Je suis fatiguée, mais j’en suis heureuse et fière.

Shivamama

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

4 Commentaires

  • La Soeur 15 mars 2017 at 11 h 32 min

    Enfin « marcher vulgairement sur le cahier de l’autre » c’est quand même border line! Ça frôle le reniement, non?
    Elle est décalque ta Team!!
    Bisous

    Répondre
  • Maeva 15 mars 2017 at 22 h 56 min

    Ben tu aura réussi à me faire versée ma larmichette (non non je ne suis pas du tout à bout ni à fleur de peau..)

    Mais c’est tellement beau et vrai quand tu dis que tu leur à offert une famille !
    presque chaque jour nous répétons à nos fils qu’ils doivent toujours être là l’un pour l’autre, qu’ils sont frères pour toute la vie…
    Vraiment ton article m’a touché, aussi sur le fait que je rêvais d’une grande famille, que je n’avais pas peur…sauf que je n’avais pas prévu un loulou qui se mette en danger en permanence à me dire que non pour l’instant je ne me vois pas capable de gérer un bébé. Il me manque ce fameux 3eme bras et la 3eme cuisse !

    Répondre
    • Madymoiselle 8 août 2017 at 13 h 45 min

      Et bien moi aussi j’ai écrasé une larme. J’ai deux soeurs et je peux vous dire qu’on s’est crêpé le chignon une bande de fois mais on s’adore et aujourd’hui que ne concevrais pas ma vie sans elles. Alors qu’on j’ai eu envie d’être maman c’était évident j’aurai au moins 3 enfants. Seulement on fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie… aujourd’hui j’ai le bonheur (attention pas que du bonheur, hien! de l’épuisement et tout le reste avec) d’avoir une fille adoptive et mon seul souhait pour l’avenir est de lui donner la chance d’avoir un frère ou une soeur.

      Répondre
  • Alalie 8 août 2017 at 11 h 53 min

    Un peu en retard, mais je viens d’une famille de 3 enfants, « petite » je voulais 3 enfants (bon la ptit Loup (3.5 ans) et Ptite Louve (11 mois) je me dit pause !!!! Ca fait famille, en même temps les familles amis de mes parents, mes cousins on était tous par trois ! (voire 4) Mais MisterPapa, lui 2 ca lui suffirait bien … on verra, si ON a envie dans l’année à venir d’un ptit bout n°3 !
    et petite astuce pour plus tard : ma maman disait qu’une copine pour chacune (et donc 6 filles à la maison) lui donnait bien moins de travail qu’une copine pour 1 seule de nous 3 (et donc 4 filles à la maison) : et oui chacune avec notre copine on était occupé, s’il « manquait » 1 ou 2 copines on allait embeter celle qui avait sa copines, d’ou chamailleries !

    Répondre

Laisser un commentaire