ecran-enfant-maternelle-diminuer

Et si on éteignait les écrans ?

À 20 ans, j’avais beaucoup de principes sur la parentalité. Tu sais du genre « Non mais quand je dirai Non, ce sera Non ! » ou encore « Jamais ils ne dormiront dans mon lit ! Jamais ! ». 3 enfants et 60 otites plus tard, j’étais déjà plus flexible.
On est davantage en freestyle désormais. On s’écoute. On fait ce qu’on peut. Avec ce qu’on a. On essaie. On se plante. Mais il y a deux principes sur lesquels je ne me suis jamais assise :
1/ la tétine n’est réservée que pour le lit.
2 / Pas d’écran.
Pourquoi ces deux là plus que d’autres ? Aucune idée. Mais le temps passant, mes choix se sont confortés. Ils ont appris à trouver du réconfort ailleurs que dans la succion et ont abandonné la tétine rapidement avant l’entrée à l’école sans trop de galère.
Mais aujourd’hui je voulais vous parler des écrans. Sans jugement. Sans dictat. Vous me connaissez, je déteste les règles et la bien-pensance de mon rectum. Juste vous raconter mon expériences et mes constats.

J’ai eu trois enfants et ils n’ont jamais regardé la télé. Au parc, on se moquait d’eux parce qu’ils ne connaissaient pas « Sam le pompier ». Mais ils rembarraient tout le monde en disant « Le pompier c’est mon papa » (« bitch »… ha non ils ne disaient pas « bitch » mais je crois qu’ils le pensaient très fort). Le petit écran n’est jamais allumé en journée. On le réserve lorsqu’ils sont couchés (houuuu les parents indignes) pour regarder Quotidien (je suis secrètement amoureuse de Vincent Dedienne), du sport ou un film. En vrai, je vais me coucher à 20h30 parce que ma classe de cette année me défonce ! Pour nos enfants : Pas de téléphone. Pas de tablette. Pas d’ordinateur. Ou presque. On n’est pas des mythos non plus. Je m’explique.

Parfois, pendant les vacances ou s’il a plu tout le week-end, on peut s’installer ensemble devant un dessin-animé. On le choisit en famille sur Netflix (L’invention du siècle selon moi. Bien avant le vaccin contre rage) ou dans la collection de Disney de maman. On peut ainsi sélectionner un programme adapté à tous et pas trop bas de plafond. Il nous arrive de regarder les lapins crétins aussi. On ne regarde pas QUE des documentaires sur l’élevage des lamas nains sur la cordière des Andes sans sous-titres. L’absurde c’est drôle et nous, on aime rire. L’avantage de la VOD c’est qu’en plus d’être maître du programme, on est maître du timing. Une fois le dessin-animé ou documentaire terminé, on éteint. On est dispensé également de pub et ça a un certain avantage pour ne pas faire de nos enfants des consommateurs (ça évite aussi la commande avec trop de merdes à Noël). On regarde ensemble. On en parle. On en rit.

Je suis maîtresse en petite section. Et je constate quotidiennement les dégâts causés par les écrans. Lorsque je fais intervenir la psychologue scolaire pour un avis face à un enfant pour lequel je m’interroge, je m’inquiète, sa première question est toujours « Parle-moi de sa situation familiale ? » et la deuxième ? : « Tu connais sa consommation d’écran ? ».

enfant-zero-ecran

Les enfants apprennent par la manipulation, le mimétisme. Faire un puzzle sur tablette n’a pas le même impact que de toucher les pièces. D’en ressentir leurs contours. Regarder Trotro faire un gâteau ce n’est pas le même plaisir que de partager ça avec son papa. Sentir le chocolat qui fond, voir son daron concentrer sur la pesée de la farine (et pester parce qu’il en a mis trooooop), ses yeux s’illuminer quand il goûte la pâte. L’interaction avec les autres, voilà une autre chose que nous chipent les écrans.

Ce n’est par forcément simple de trouver des alternatives. Parce que c’est pratique et disponible les écrans. Avec trois enfants du même âge, vivant à la campagne c’est plus facile de s’en passer j’en conviens. Ils jouent aisément ensemble (prises de catch et autres ippons compris), vont gratter la terre dehors et me ramènent des têtards ou des escargots quotidiennement. Pour aider mes élèves (et mes parents d’élèves) à trouver des solutions nous avons listé ensemble leurs idées d’alternatives. Et croyez-moi à 3 ans, des idées, ils en ont plein mes élèves : jouer au pompier, à la police, se déguiser, faire du vélo, de la trottinette, jouer aux cartes, faire de la pâte à modeler, de la peinture, courir, faire un gâteau, chanter, faire des câlins…
Un enfant de 3 ans est tout à fait capable de jouer seul. Laissez-le s’ennuyer 5 min, il va trouver. Le jouet préféré de mon fils à trois ans ? Des couverts à salade. Oui… ça fait très mère indigne d’écrire ça. Mais avec sa grosses cuillère verte fluo il devenait un explorateur sur sa pirogue. Un batteur rock. Un jardinier de salon. Un coiffeur expérimenté.

Pourtant, je consomme beaucoup d’écran moi-même. Mon téléphone me sert à prendre des photos, j’y trouve de l’inspiration pour mon travail, pour mes créations, j’y lis des livres, m’informe, reste en contact avec mes proches, je mets de la musique, je consulte les remboursements du prêt, fais mes achats. Et puis je regarde des vidéos de chutes parce qu’un mec qui se ramasse… c’est la base de mon humour. Mais je me force à le poser. Pour partager déjà. Une lecture avec un vrai livre sur le canapé avec mes trois enfants agglutinés. Un jeu de société (Je vous reparle rapidement de Lib&Lou le service de location de jeux). Un moment créatif. Culinaire. Scientifique. Mais ça ne veut pas dire que je fais TOUT avec mes enfants. Je pose également mon téléphone pour faire des choses pour moi et pour que par mimétisme ils comprennent que ce n’est pas (toujours) indispensable. À 4, 6 et 7 ans, ils sont désormais capable de jouer seuls ou ensemble au Uno ou de faire des pièces montées en pâte à modeler (sans mélanger  les couleurs !!! Je sais… j’y travaille…).

Les écrans sont, selon moi, de faux bons amis. Ils calment les enfants le temps d’un dessin-animé pour mieux les exciter par la suite. J’ai également beaucoup d’élèves qui connaissent les couleurs, les formes et le nom de tous les fruits en anglais (BANANA maitresse !!! Merci YouTube) mais qui ont peu d’empathie ou qui ne savent pas se poser 3 min pour prendre un café fictif à la dînette de la classe le matin à 8h37. Pépouze.

Prendre le temps… quand tout peut être immédiat sur nos écrans… ça aussi j’y travaille. C’est difficile pour moi (merci Amazon). Alors je me sers un Aperol et je regarde mes enfants faire un puzzle 300 pièces et j’apprends.

Et puis je les sépare parce « QU’IL MARCHE SUR LES PIÈCES !!!!» « OUI MAIS ELLE SE MET DEVANT LE MODEL !!! ».

Et vous ? Écran ou pas ? Quelles sont vos alternatives ?

8 Commentaires

  • La parenthèse psy 22 mai 2019 at 10 h 24 min

    J’ai 27 ans, pas d’enfants. Comme toi avant, quand je regarde les copines aujourd’hui avec leur enfant, je pense à mes super principes de super future maman. On rigolera bien quand j’y passerai… Mais je suis psy aussi et le passage sur la psy scolaire m’a parlé ! Effectivement, la surconsommation d’écran avant 3 ans fait des ravages. Les enfants sont comme happés par l’écran, les fixant. Les apprentissages sont plus laborieux et retardés. Heureusement, le retard se récupère ! Mais Gulli n’est pas une nounoue.

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    Répondre
  • Marie 22 mai 2019 at 11 h 15 min

    Je suis d’accord avec tout ça et j’avais le même principe de base: zéro écran!
    J’avoue que je l’ai plus assoupli que toi: mes fils peuvent regarder un épisode de 12 minutes de la pat patrouille ou drôles de ptites bêtes par jour (ils n’y pensent pas tous les jours, surtout en été quand ils vivent principalement dehors) mais pas le matin plutôt en fin de journée, pas avant d’aller au lit non plus.. Ils savent qu’après c’est fini et ne réclament pas plus.

    Répondre
  • Mélanie 22 mai 2019 at 12 h 06 min

    C’est drôle, on a exactement les deux mêmes principes à la maison.
    Quand on entend certains amis qui nous disent que parfois leur fils/fille passe plus d’une heure devant la télé le soir car ils ne savent pas s’occuper seul(e) à moins de trois ans… je me dis que j’ai de la chance, le nôtre s’amuse d’un rien… peut-être aussi car on l’a habitué à s’amuser d’un rien, à rester curieux,…
    Pour le moment on s’y tient, pas d’écran et pas de tétine en dehors du lit !
    Je ne suis par contre pas encore prête pour le mélange de la pâte à modeler

    Répondre
    • Shivamama 22 mai 2019 at 21 h 50 min

      Tu es ma soeur jumelle en fait ?!

      Répondre
      • Mélanie 26 mai 2019 at 16 h 02 min

        La trentaine avec une maison en travaux… Disons que je me retrouve beaucoup dans tous vos articles ! 😀
        On doit sûrement vous le dire très souvent mais… merci ! Merci de nous faire nous sentir moins seule et démunie (parfois).

        Répondre
  • Charlotte - Enfance Joyeuse 23 mai 2019 at 12 h 07 min

    Je suis bien d’accord avec toi. D’ailleurs le podcast « Le Nid » a parlé des dangers des écrans pour les jeunes enfants et c’est très intéressant !
    Même si je comprends que ça soit difficile à gérer car les écrans sont absolument partout…

    Répondre
  • Magali 23 mai 2019 at 23 h 02 min

    Chez nous, pas d’écran non plus, sauf quelques comptines de Didier Jeunesse et des chansons en anglais ultra-selectionnées (celles que je regarde avec mes élèves). Par contre, on constate les dégâts quand les enfants ne sont pas chez nous et qu’ils passent du temps devant un écran…
    Mes enfants de 2 ans et 3 ans 1/2 jouent ensemble pour de vrai à la dinette , aux légos, se déguisent pour être pompiers / docteurs / robots, à cache-cache, à vider intégralement la bibliothèque… Et ça c’est trop bon !
    Vive Shivamama, la maitresse de « patate à modeler » qui me fait bien rire!

    Répondre
  • Magali 23 mai 2019 at 23 h 03 min

    j’ai oublié… le jouet préféré de mon 3 ans 1/2, c’est sa collection de marrons et de bâtons…
    Mais va faire comprendre ça à la famille pour noël ? (une idée d’article?)

    Répondre

Laisser un commentaire